Affichage dtaill (L'histoire la carte)


Sortie des ateliers de la Manufacture franaise d'oeillets mtalliques, annes 1900-1910.

Archives municipales d'Ivry-sur-Seine ditions Gautrot.

Intrieur de la grande halle de la Manufacture franaise d'oeillets mtalliques, vers 1900.

Archives municipales d'Ivry-sur-Seine Droits rservs.

Plan des btiments de la Manufacture franaise d'oeillets mtalliques et d'United Shoe Machinery Company, sd.

Archives municipales d'Ivry-sur-Seine Paul Se.

En haut, gauche, le second btiment qui accueille la Manufacture franaise d'oeillets mtalliques aprs 1923. En haut, au centre, la grande halle et sa chemine. En haut, droite, le btiment amricain. Photographie prise en 1973.

Archives municipales d'Ivry-sur-Seine ECPAD.

Vue du btiment amricain, sd.

Archives municipales d'Ivry-sur-Seine Pnlope Chauvelot.

Manufacture des oeillets

Lancement de la construction : 1890.

1 place Pierre Gosnat94200Ivry-sur-Seine

Reconnus aujourd’hui pour leur qualité architecturale et les équipements culturels qu’ils accueillent, les anciens bâtiments de la Manufacture des Œillets et de l’entreprise United Shoe racontent également une page importante de l’histoire industrielle d’Ivry et de la banlieue parisienne.

Une manufacture française (1890-1905)

En 1890, Charles Bac, qui succède à son père Guillaume à la tête de l’entreprise familiale de fabrication de porte-plumes, plumes et encriers, lance la construction de la manufacture d’Ivry. La grande halle en brique et meulière ainsi que le pavillon du gardien sont actuellement les deux témoins majeurs de cette première époque de la Manufacture. À la fin du XIXe siècle, 245 salariés y sont employés pour la production de porte-plumes et d’œillets métalliques destinés principalement à la fabrication de chaussures. La Maison Bac fusionne en 1899 avec la Compagnie française, une société installée à Boulogne-sur-Mer qui fabrique des plumes métalliques. Cinq ans plus tard, la production des porte-plumes est transférée à Boulogne. L’usine d’Ivry s’appelle désormais la Manufacture française d’œillets métalliques. 

Une aventure industrielle internationale (1905-1990)

À partir de 1905, la Manufacture devient une filiale d’United Shoe une société multinationale américaine de fabrication de machines-outils pour l’industrie de la chaussure qui souhaite installer une unité de production sur le site d’Ivry. La grande halle de la Manufacture et les locaux annexes étant trop petits pour accueillir les deux entreprises, la construction d’un nouveau bâtiment s’impose. Le chantier est lancé en 1913 sur les plans de Paul Sée. La tour surplombant la cour et les six premières travées du bâtiment dit « américain » sont construits.  Ce dernier est prolongé en 1924 jusqu’à la rue Raspail. Les ateliers d’United Shoe y sont répartis sur quatre étages. À partir de 1923, sa filiale, la Turner Tanning Company est installée dans la grande halle tandis que la Manufacture française d’œillets métalliques est déplacée dans de nouveaux bâtiments aujourd’hui disparus à l’angle des rues Raspail et Truillot.

En 1967, United Shoe, en difficulté, est rachetée par Emhart entrainant la fermeture de l’usine rue Raspail. De son côté, la Manufacture poursuit son activité jusqu’en 1990 et le rachat d’Emhart par Black et Decker qui entraîne la fin d’une aventure industrielle entamée 100 ans plus tôt.

Une histoire de l’architecture industrielle

Aujourd’hui, l’un des attraits majeurs de la Manufacture des œillets et des constructions associées réside dans la juxtaposition de deux ensembles de bâtiments représentatifs des évolutions de l’architecture industrielle de la fin du XIXe siècle au début du XXe siècle.

La grande halle de la Manufacture française d’œillets métalliques constitue un aboutissement de l’architecture manufacturière française de la fin du XIXe siècle. L’entrée du site s’ouvre sur une cour aménagée en jardin au pied de la façade majestueuse de l’usine. La symétrie qu’elle déploie était autrefois renforcée par la cheminée construite à l’arrière du bâtiment. À l’intérieur, les ateliers monumentaux occupent tout l’espace de la halle qui est couverte d’une charpente métallique. Ses parois accueillent une galerie à l’étage. Cet édifice est, cependant, caractérisé dès sa création par une faible capacité d’évolution qui entre en contradiction avec les besoins de l’industrie de l’époque.

Le bâtiment américain, dont la construction est lancée en 1913, répond beaucoup mieux à cette problématique. Considéré comme une des premières réalisations fonctionnalistes en France, il est très influencé par l’architecture industrielle américaine du début du XXe siècle qui s’incarne notamment dans le modèle de la « daylight factory ». Construit en brique sur 4 étages, sa façade laisse apparaître la structure de l’usine et est composée de grandes verrières au quadrillage parfait. Un avant-corps plus réduit se détache du bâtiment principal et se démarque par le peu de place qu’il accorde aux fenêtres.

Depuis 1996, la grande halle, le bâtiment américain et la maison du gardien sont inscrits à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques.

La Manufacture des œillets aujourd’hui

L’arrêt de l’activité industrielle sur l’ensemble du site a été suivi d’un réinvestissement progressif des bâtiments par plusieurs projets et institutions. Des ateliers d’artistes sont installés dès 1988. Le bâtiment américain est occupé par l’École professionnelle supérieure d’art graphique de la ville de Paris depuis 2001 et par le Centre d’art contemporain d’Ivry, le Crédac, depuis 2011. En 2016, le Théâtre des Quartiers d’Ivry, centre dramatique national du Val-de-Marne, est établi dans la grande halle de la Manufacture française d’œillets métalliques.


Bibliographie

  • Architectures d’usines en Val-de-Marne (1822-1939), Cahiers de l’inventaire 12, Ministère de la Culture et de la Communication, Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, Région Ile-de-France, 1988.
  • La Manufacture des Œillets, brochure réalisée par le service Archives-Patrimoine de la ville d’Ivry-sur-Seine, 2015.
Poursuivre l'exploration
Vignette

La Grande Tuilerie d'Ivry-sur-Seine

Date de cration : 1854

Vignette

Minoterie Delangle

Date de construction : 1900

Vignette

Les orgues Alexandre

tablissement Ivry : 1855

Aucun commentaire