Affichage dtaill (L'histoire la carte)


L'htel de ville et l'esplanade Georges Marrane, 2016.

Archives municipales d'Ivry-sur-Seine Jean-Marc Treuil.

Premire inauguration de l'htel de ville en prsence d'mile Bruyer (2e gauche), maire d'Ivry, avril 1896.

Archives municipales d'Ivry-sur-Seine.

1er mai 1936 : les syndicats dfilent au pied de l'htel de ville qui constitue un lieu de ralliement symbolique des organisations ouvrires Ivry.

Archives municipales d'Ivry-sur-Seine.

La faade de l'htel de ville durant la 6e Cavalcade de la jeunesse, 1966.

Archives municipales d'Ivry-sur-Seine.

Htel de ville

Inauguration : 1896.

Esplanade Georges Marrane94200Ivry-sur-Seine

Siège de l’administration communale et du pouvoir politique municipal, l’hôtel de ville est également un lieu important de l’histoire et de la mémoire d’Ivry.

La genèse du projet

Le 11 juin 1892, le conseil municipal d’Ivry lance l’idée de construire un nouvel hôtel de ville pour prendre le relais de la maison bourgeoise, située rue de Seine (actuelle avenue Georges Gosnat), qui accueille la mairie depuis 1871. Trop exiguë, celle-ci n’est plus en mesure de supporter le développement des services municipaux imposé par la très forte croissance démographique ivryenne. Dans un contexte de vives tensions entre Paris et les communes de proche banlieue, le futur hôtel de ville doit accueillir une administration nombreuse tout en rivalisant, par son architecture et sa monumentalité, avec les mairies d’arrondissement de la capitale.

Le nouveau bâtiment est inauguré en grande pompe le 19 avril 1896. Présidée par Eugène Poubelle, préfet de la Seine, la cérémonie réunit les forces vives de la ville : le conseil municipal, les sapeurs-pompiers, le personnel communal, les sociétés musicales, sportives et mutualistes. Le 4 octobre 1896, pour l’installation des services dans la mairie, la municipalité socialiste nouvellement élue organise une seconde inauguration. Celle-ci prend des allures de grande fête populaire et adopte une tonalité politique par la présence de nombreux membres du Parti ouvrier français.

Une architecture monumentale

À l’issue d’un concours réunissant plus de 70 concurrents, l’architecte parisien Adrien Chancel fut désigné pour mener à  bien la construction du nouvel hôtel de ville. Son projet, de style Henri II, a été jugé simple, bien proportionné et rationnel.

Le bâtiment, dont la construction nécessita l’intervention de 16 corps de métiers, se signale par son toit en ardoise surmonté d’un campanile et ses perrons symétriques en roche de Château-Landon. L’ornementation extérieure, œuvre des sculpteurs Jean Hugues, Léon Fagel, Camille Lefèvre et Adolphe Geoffroy met particulièrement en valeur l’activité industrielle d’Ivry à l’image des six statues allégoriques disposées dans des niches au premier étage et représentant la Terre-cuite, l’Électricité, le Fer, le Bois, la Pierre et l’Eau. Cette exaltation du monde du travail ivryen s’accompagne d’un discours symbolique d’affirmation des valeurs républicaines.

Un intérieur fastueux

Au fil des années, de nombreuses œuvres d’art ont enrichi la décoration intérieure de l’hôtel de ville. En 1903 et 1904, quatre toiles d’Albert Girard et Victor Menu, représentant la ville d’Ivry champêtre et peu urbanisée du début du 20e siècle, sont marouflées le long de l’escalier d’honneur et sur le palier de la salle des fêtes. En 1906, est accrochée au mur de la salle des mariages une immense fresque du peintre Géo Roussel illustrant la réception des vainqueurs de la Bastille par l’Assemblée nationale le 15 juillet 1789. Plusieurs sculptures aux thèmes antiques offertes par la direction des Beaux-Arts de la ville de Paris entre 1940 et 1943 sont disposées dans l’escalier d’honneur. Quant à la salle des fêtes et du conseil municipal, elle accueille depuis 1983 quatre panneaux de Fernand Léger (3 originaux et 1 réplique de Jean Berthet) classés Monuments historiques depuis 2000. Réalisés en 1953, ils constituent une réinterprétation du poème « Liberté » de Paul Éluard, ami du peintre.

Un haut lieu symbolique, historique et mémoriel

Depuis 1896, l’hôtel de ville a accueilli nombre d’évènements qui en font un haut lieu de la vie, de l’histoire et de la mémoire locale. Des congrès d’organisations socialistes y sont organisés au début du siècle puis plusieurs sessions du Comité central du Parti communiste français dont celui de mai 1936 en plein cœur du Front populaire.

L’accueil d’évènements importants de la vie collective ivryenne à l’image de la kermesse des Vacances populaires enfantines, des cavalcades, des départs en colonies de vacances ou des obsèques de personnalités politiques de la commune font également de l’hôtel de ville un lieu central de la sociabilité et de l’identité locale.

Enfin, à travers le tableau des Ivryens morts aux champs d’honneurs durant la Grande Guerre et l’ensemble des plaques commémoratives qui ornent les murs de la mairie, c’est tout une généalogie mémorielle qui s’inscrit durablement dans la maison commune : hommage à des personnalités locales (Maurice Thorez), commémorations d’évènements politiques (déchéance du Second Empire), et hommage aux victimes ivryennes des deux conflits mondiaux.


Bibliographie

  • L’éléphant blanc sur fond rouge, 100e anniversaire de l’hôtel de ville, brochure réalisée par le service Archives-patrimoine et le service Communication de la mairie d’Ivry-sur-Seine, 1996.
  • Emmanuel Bellanger, Ivry banlieue rouge, XXe siècle, Créaphis éditions, 2017.
Poursuivre l'exploration
Vignette

Hpital Charles Foix

Construction : 1863-1869.

Aucun commentaire